Violences et victimation.pdf

Violences et victimation

Patrick Martin-Mattera

La question de la violence et de son traitement est une préoccupation sociale de plus en plus grande, qui suscite des débats passionnés. A cette question, la psychologie est tenue de répondre. De la violence en effet, on parle de plus en plus, ce qui nempêche semble-t-il nullement le surgissement de ses diverses manifestations : guerre, tortures, terrorisme, violences de la rue, violences sexuelles, conjugales, physiques et/ou psychiques, violences de la société, violences symboliques, violences dans les entreprises, harcèlement, licenciements de masse, prédominance de la réussite économique sur lharmonie des relations humaines, etc. Ces violences sont agies ou subies, elles sont le fait de sujets qui répondent parfois à des contraintes psychiques, pulsionnelles, interpersonnelles, sociales. Comment les psychologues considèrent-ils les manifestations de la violence auxquelles ils ont affaire, comment en envisagent-ils le traitement, quelles peuvent être les solutions aux niveaux individuel et collectif ? De lengrenage de la destruction guerrière au déchaînement dune jouissance qui ne serait plus interdite, du passage à lacte psychopathique à la mise en acte dun scénario pervers, de la banalisation de lagression à la préméditation dun crime, la violence engage des êtres humains dans des rôles dont ils deviennent souvent les acteurs involontaires. Bourreaux et victimes sont liés par les faits sur une scène où le réel se mélange à la face la plus sombre de limaginaire.

Une enquête nationale sur les violences faites aux femmes en France (dite Enveff) a été effectuée dans l’hexagone en 2000 par téléphone auprès d’un échantillon d’environ 7 000 femmes. Cette enquête de victimation a porté sur les violences subies par les femmes dans différentes sphères (espaces publics, travail-études, famille et proches, couple, relations avec un ancien Violences scolaires : « Les enseignants considèrent ...

5.22 MB Taille du fichier
9782757401729 ISBN
Violences et victimation.pdf

Technik

PC et Mac

Lisez l'eBook immédiatement après l'avoir téléchargé via "Lire maintenant" dans votre navigateur ou avec le logiciel de lecture gratuit Adobe Digital Editions.

iOS & Android

Pour tablettes et smartphones: notre application de lecture tolino gratuite

eBook Reader

Téléchargez l'eBook directement sur le lecteur dans la boutique www.iseurope2017.org ou transférez-le avec le logiciel gratuit Sony READER FOR PC / Mac ou Adobe Digital Editions.

Reader

Après la synchronisation automatique, ouvrez le livre électronique sur le lecteur ou transférez-le manuellement sur votre appareil tolino à l'aide du logiciel gratuit Adobe Digital Editions.

Notes actuelles

avatar
Sofya Voigtuh

La question de la violence et de son traitement est une préoccupation sociale de plus en plus grande, qui suscite des débats passionnés. À cette question, la psychologie est tenue de répondre. De la violence en effet, on parle de plus en plus, ce qui n'empêche semble-t-il nullement le surgissement de ses diverses manifestations : guerre, tortures, terrorisme, violences de la rue

avatar
Mattio Müllers

de victimation en population générale. Elle interroge un échantillon représentatif de la population française sur les violences subies (voir méthodologie p 18). Les résultats doivent donc être vus comme des ordres de grandeur ’ é é é les femmes mais s'écartant légèrement des résultats qu'aurait donnés une interrogation exhaustive de la population. La notion d'intervalle de

avatar
Noels Schulzen

avatar
Jason Leghmann

Taux de victimation sur deux ans (2010-2011) - Lecture : 0,9 % des hommes, soit 190 000 personnes, ont été victimes de vol avec violence en 2010 et/ou en 2011. Hommes Femmes Ensemble ; En % Effectifs En % Effectifs En % Effectifs ; Vol avec violence : 0,9 : 190 000 : 0,8 : 167 000 : 0,8 : 357 000 : Autre violence physique : 3,6 : 757 000 : 4,1 : 905 000 : 3,8 : 1 662 000 : Toute violence Climat scolaire et prévention des violences | Ministère de ...

avatar
Jessica Kolhmann

Cette estimation est issue des résultats de l’enquête de victimation annuelle "Cadre de vie et sécurité" (INSEE-ONRP-SSM-SI). Il s’agit d’une estimation minimale. L’enquête n’interrogeant que les personnes vivant en ménages ordinaires, elle ne permet pas d’enregistrer les violences subies par les personnes vivant en collectivités (foyers, centres d’hébergement, prisons